Humanisme & Lumère

Un ensemble de texte écrits par des maçons de renom qui vous proposent une écriture abordable, claire et percutante sur un ensemble de sujets souvent traités en Loge. L’objet est ici de travailler à développer l’esprit des Lumières et proposer une perspective de progrès au 21ème siècle, de partager des textes et des réflexions pour construire un humanisme et une éthique d’aujourd’hui et de demain.
Comment envisager un humanisme fédérateur et une nouvelle ère des Lumières ?

Chaque mois, découvre un article d'Humanisme & Lumière

Le but des auteurs s’exprimant sur l« Humanisme et Lumières » est de travailler à une prise de conscience de valeurs universelles, communes à tous les hommes et susceptibles de les rassembler. « Humanisme et Lumières » a donc pour objet la diffusion de réflexions sur une morale civique, susceptible de constituer la pensée humaniste d’aujourd’hui, ouverte sur l’avenir et à l’universel ; et dans cet esprit les textes présentés ici s’efforcent d’éclairer les problématiques sociétales posées par notre époque et pour l’avenir, aux niveaux national, européen et mondial.
Le respect de la liberté absolue de conscience, excluant tout dogmatisme en matière de conceptions métaphysiques, fondement de la laïcité dans la société, est le principe de base commun à tous les auteurs s’exprimant sur ce site.

Il convient de préciser que la liberté absolue de conscience laisse à chacun le droit de cultiver ses propres références métaphysiques, de pratiquer telle religion de son choix ou de n’en pratiquer aucune, qu’elle reconnaît la liberté de croire en Dieu et en l’immortalité de l’âme, aussi bien que le droit de nier l’existence de dieu et de prétendre que l’âme se détériore en même temps que le corps pour s’éteindre avec la mort… Autrement dit tout être humain a le droit d’être athée ou agnostique, autant que d’avoir et de pratiquer une religion.

Le respect de la liberté absolue de conscience laisse donc à chacun le choix de ses conceptions métaphysiques. Mais en contrepartie, il exclut l’intolérance, il oblige chacun à reconnaître cette liberté aux autres et par conséquent à ne jamais chercher à imposer ses propres conceptions des choses et de la vie, ni les symboles qui les caractérisent.

Ce principe conduit aussi à l’acceptation du débat sur les différentes façons de concevoir des réponses aux grandes questions métaphysiques, sans jamais en faire une question personnelle ; le débat ne devant en aucun cas mettre en cause l’individu et sa liberté, il ne peut porter que sur les arguments philosophiques, culturels ou autres, de nature à expliquer ou justifier, les différentes conceptions métaphysiques confrontées.

Le principe de laïcité étant admis, comment envisager pour le 21e siècle un humanisme fédérateur et une nouvelle ère des Lumières ?

Les Lumières de l'Islam par Kalife Michel

LES « LUMIERES » DES PREMIERS SIECLES DE L’ ISLAM

Les historiens du Moyen-âge reconnaissent que c’est en arabe que s’exprima la science la plus avancée du monde du IX°s au XIII°s. Et les savants arabes furent les premiers à éditer des livres avec des feuilles en papier en remplacement des rouleaux de papyrus. Cette avancée technologique contribua à accélérer la circulation du savoir dans le l’empire Abbasside qui brilla par sa réflexion philosophique, religieuse et scientifique …

ÉTHIQUE DU CARE ET HUMANISME par Marie-France M

qu’entend-on par « éthique du « care » ? Quelles en sont les problématiques ? En quoi éveillent-elles un éau regard de  l’idéal Humaniste ?
PRESENTATION ET GENESE DE L »ETHIQUE DU CARE »
Ses origines : d’où nous vient-elle ?
Elle nous vient de l’Amérique de Reagan, des années 1980, alors que s’effectue le démantèlement de l’Etat Providence  des lendemains de la 2ème guerre mondiale. Cette déchirure se fait au profit d’un capitalisme financier censé se réguler lui-même. Elle se situe dans un courant d’idées général, de retour à « la valeur humaine » dans un monde où tout devient marchandise, et, dans lequel certaines activités liées à la condition humaine sont minorées.

Archéologie de l'utopie (Philosophie-histoire) par Maixent LEQUAIN

Ulysse arrive sur la terre des Phéaciens. Il s’endort sous un olivier, arbre qui lui révèle la présence protectrice d’Athéna. Dans le même temps, la déesse intervient, en rêve, auprès de Nausicaa la fille du roi. Nausicaa se rend alors sur les bords du fleuve où se trouve Ulysse …Cette rencontre d’Ulysse et de Nausicaa est légendaire et elle constitue sans doute un trésor du patrimoine de l’humanité.
Une utopie se définit généralement comme un artifice littéraire consistant à décrire une société idéale dans une géographie imaginaire, le plus souvent dans le cadre d’un récit de voyage, comme c’est ici le cas avec cet épisode de l’Odyssée. Ce pays heureux « sur lequel les Dieux semblent avoir versé leur pollen » c’est donc le pays des Phéaciens, ultime étape avant le retour à Ithaque, Où Ulysse vient s’échouer, après avoir quitté l’île de la nymphe Calypso.

Les fondamentaux de l'humanisme ( Claude Delbos)

Pour réfléchir à l’avenir de l’humanisme, je propose, sous le titre « Les Fondamentaux de l’Humanisme » d’essayer de préciser le concept.
À la lecture du Grand Robert on apprend que le mot humaniste désignait en 1539 un lettré ayant une connaissance des langues et des littératures grecque et latine.
Par la suite il a qualifié les lettrés de la Renaissance, comme Lefèvre d’Étaples, Guillaume Budé ou Érasme, qui se consacraient à faire connaître les œuvres et les idées des écrivains de l’Antiquité ; ou encore Montaigne, Rabelais et d’autres, déjà sous l’influence de cette idée de Pic de La Mirandole : « La dignité de l’être humain, c’est d’avoir reçu le privilège : « D’être seulement ce qu’il devient et de devenir ce qu’il se fait ».

FR